La douche… oh !

Les intimes de longue date vous le diront, avant ma transition, ma douche était, comment dire, unique… Je veux dire par là, que ceux et celles qui me connaissaient suffisamment pour avoir eu un aperçu de ce à quoi ressemblait ma douche s’en souviennent…

Globalement on était à mi-chemin entre une offre promo « un acheté – 6 offerts » et le spa privé de Shéerazade… Il y avait tout! TOUT JE TE DIS! Tout le rayon d’un super-marché dans les 50cm2 qui entouraient le bac de douche… Je pouvais la transformer en sauna et y passer des heures à me tartiner de tout un tas de produits chimiques sans me poser aucune question. De « l’huile de douche hydratante spéciale peau douce à la soie du cashemire », au gommage « exfoliant aux micro nacres d’huîtres du delta du Mekong » en passant par la « crème lavante / hydratante / délassante 8 en 1 à la fleur-des-îles-de-là-bas-loin »… En réalité, maintenant que j’y repense, ça m’angoisse, littéralement.

Je vous laisse donc imaginer que, quand le moment de passer à la salle de bain zéro déchet s’est imposé à moi, j’ai tout de suite compris qu’on était clairement en train d’attaquer un gros sujet…

J’allais devoir passer de tout, ( TOUT, JE TE DIS!) à ce qui me semblait à l’époque, RIEN… (musique de thriller dans ma tête…).
J’ai donc commencé par finir mes 153 000 produits, avec pour objectif de ne pas les remplacer pour voir si ils me manquaient, et oh miracle, un jour… j’ai fini ma dernière bouteille de gel douche, ma dernière bouteille de shampooing, mon dernier pot de crème, mon dernier spray démêlant, mon dernier masque, mon dernier gommage… Il était temps de les remplacer!

Sans m’en rendre compte, j’avais fini par me détacher de ce besoin qui n’en était pas un et petit à petit, j’ai remplacé mes habitudes l’une après l’autre. Alors bien sûr, il y a eu les gros loupés… (comme quand j’ai essayé de fabriquer mon gel douche, qui était plus proche du grumeau que du liquide ou encore mon masque peel-off à base de blanc d’oeuf et de pq… ) mais avec le temps j’ai fini par trouver des alternatives simples, durables, saines et naturelles que je vais vous présenter.

Pour le corps :

Pour me laver j’utilise du Savon d’Alep que je trouve sans emballage, à l’épicerie orientale, en bas de chez moi.
C’est un savon naturel, idéal pour le soin de la peau. Très doux, il convient à tous les âges et à toutes les peaux, même celle des bébés. Il peut s’utiliser au quotidien pour le corps et le visage. Considéré comme un savon « surgras », recommandé par de nombreux dermatologues pour les peaux délicates ou très sèches, il est hypoallergénique, et soigne les problèmes d’acné, d’eczéma ou encore de psoriasis. L’huile de laurier qu’il contient a des vertus apaisantes, antiseptiques et désinfectantes qui permettent de calmer les tiraillements. Il permet aussi de rétablir le film hydrolipidique de la peau et de lui donner un effet satiné.

Comme la plupart des savons naturels, il peut être un bon soin de rasage pour les hommes car il à l’avantage de ne pas irriter la peau du visage.

Pour les cheveux :

J’ai les cheveux mi-long, « normaux » et tous les trois mois je les colore avec du henné (je vous filerai la recette si ça vous intéresse), et depuis que j’ai drastiquement réduit ma routine capillaire, ils se portent bien mieux qu’avant.
Question lavage, après avoir testé plusieurs trucs (du shampoing liquide diy qui ressemblait à du vomi de chat qui aurait bouffé des épinards, au rinçage de cheveux au vinaigre qui me donnais l’impression d’être une salade de brasserie en passant par le démêlant à l’avoine qui me collait les cheveux en paquets…) j’ai fini par opter pour la simplicité et j’achète le shampoing solide pour cheveux normaux de chez Lamazuna. Un savon solide équivaut à trois bouteilles de shampoing et il suffit juste de le frotter sur les cheveux mouillés pour le faire mousser… simple, basique.

Lorsque je n’en ai plus, j’utilise tout simplement mon savon d’Alep.

Alors bien sûr je pourrais fabriquer mon shampoing mais mon temps est précieux, les ingrédients viennent souvent dans des emballages non nécessaires et parfois tout pourris et je n’ai pas de diplôme de chimiste… et puis choisir d’acheter un produit en accord avec ce que je défends est aussi un acte politique pour moi, je soutiens ainsi une économie durable, responsable et saine.

Question démêlage, j’utilise un petit peigne en bois fin qui m’as été offert par ma cousine et je peigne mes cheveux encore mouillés avant de les sécher avec ma serviette.

Pour les nourrir et les réparer, une fois par mois je fait un masque à l’huile d’argan et de ricin, que j’achète en vrac chez The Naked Shop. J’applique l’huile sur les pointes et les longueurs, je masse, je fait un chignon, et je laisse poser une heure avant de les laver normalement.

Et le gommage dans tout ça? Voici ma recette maison simplissime!

Ingrédients et matériel :

  • 2 cuillère à soupe de marc de café sec
  • 1 cuillère à soupe de miel
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 petit bol

Mélanger tous les ingrédients. Voilà c’est prêt!
Je l’utilise une fois par semaine, souvent après le sport puis je me rince simplement.

Les astuces Zéro déchet
Le marc de café, une fois séché est un très bon exfoliant, la caféine qu’il contient active la circulation sanguine et élimine les peaux mortes en douceur. L’huile et le miel hydratent et nourrissent pour laisser la peau souple et calmer les tiraillements.

Enfin, les petits plus…

Une éponge naturelle, achetée en vrac au Welcome Bio Bazar.
Une pierre ponce, que j’ai depuis un bon moment.
Et enfin mon rasoir, acheté à La Maison du Zéro Déchet et un pain d’argile blanche que j’utilise comme un savon une fois par semaine.

Des questions? Des remarques? C’est juste en dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *